La Cellule Nationale de Lutte contre la Traite des Personnes
 
Qui sommes Nous ?

La Cellule Nationale de Lutte contre la Traite des Personnes
Besoin d'un conseil ?
 
  Guinée voyages agence de voyage et de tourisme en RDC
       
  Tel: +221 338226596
       cellulecoordinationtraite@yahoo.
 
   
   Learn MorePlus d'infos  
 

QUI SOMMES NOUS ?

La Cellule Nationale de Lutte contre la Traite des Personnes, en particulier des femmes et des enfants a été crée par arrêté primatorial n° 09051 du 08 Août 2010. Elle est placée sous l’autorité du Premier Ministre et rattaché administrativement au Ministère de la Justice :

1)Les attributions de la cellule nationale de lutte contre la traite des personnes
  • Assurer le rôle d’alerte et de veille dans la lutte contre la traite ;
  • Dénoncer auprès des autorités de poursuite tous les cas de traite portés à sa connaissance ;
  • Mettre en place des structures régionales de lutte contre la traite des personnes ;
  • Définir et mettre en œuvre une politique de sensibilisation en faveur de la population ;
  • Associer et recueillir l’avis de la Société Civile et des partenaires au développement dans les actions et programmes de la Cellule ;
  • Proposer toutes modifications législatives ou réglementaires tendant à améliorer la législation relative à la lutte contre la Traite des Personnes.

2)Composition

La cellule est représentée par une composition pluraliste qui renforce sa légitimité et élargie son champ d’action.
Les différents ministères clés sont représentés en son sein :
  • La présidence
  • La primature
  • Ministère de la famille
  • Ministère de l’intérieur
  • Ministère de la justice
  • Ministère des forces armées.
  • Ministère des affaires étrangères
  • Ministère de l’éducation
  • Ministère du travail et organisations syndicales
  • Ministère de la formation professionnelle et emploi
  • Ministère de la santé
  • Ministre de la communisation
  • Un représentant du cabinet du ministre chargé des droits humains
  • La Direction de l’Education Surveillée et de la Protection Sociale
  • La brigade des mineurs
La société civile est également représentée ainsi que les différents cultes :
  • Deux représentants des acteurs non étatiques
  • Un représentant des imams et oulémas du Sénégal
  • Un représentant du collectif des associations de maitres coraniques,
  • Un représentant de l’église catholique.

La cellule a également la possibilité de choisir des personnes ressources article 5 alinéas 2. Selon cet article, la cellule est ouverte à une pluralité d’acteurs et peut coopérer avec un grand nombre de groupes et d’institutions, y compris les organisations non gouvernementales (ONG), les organisations judicaires, les organismes professionnels impliqués dans la lutte contre la traite des personnes.

3)La participation des ONG au sein de la cellule.
Certaines d’entre elles ont le statut d’observateur auprès des mécanismes régionaux comme la commission africaine des droits de l’homme et des peuples. Dans l’optique du suivi des actions de la cellule, elles sont bien placées pour diffuser à leurs membres les informations sur le rapport annuel et les recommandations.
A cet égard, elles peuvent véhiculer auprès des populations, les observations formulées sur les questions relatives au respect par l’état de ses engagements internationaux et nationaux.
Elles permettent à la cellule d’avoir accès à des réseaux sociaux ayant une expertise spécifique, qui peut jouer un rôle extrêmement utile.

4)Une fonction stratégique.
La cellule doit présenter un rapport annuel au premier Ministre qui fait le bilan de la situation des femmes et des enfants en matière de traite. Ce rapport peut servir de base aux rapports que les Etats doivent présenter aux organes de surveillance des nations unies et aux mécanismes régionaux.
Les relations avec la société civile peuvent contribuer à garantir l’indépendance et renforcer son efficacité. Elles permettre à la cellule d’être tenue informée des préoccupations et priorités de la population.